La citadelle de Doullens

La citadelle de Doullens

Auteur des photos : Christian Deux

Département :   Somme / région : Hauts de France (Nord) /  France

Date de la prise de vue : mars 2013, envol sur la pelouse à l’extérieur de la citadelle. (Séance à refaire les abords depuis ont était déboisés.)

Conditions météo: vent Nord-ouest de 15km/h, temps variable avec passages nuageux

Situation géographique : Google Maps

Informations sur le lieu: La citadelle de Doullens

Données techniques : appareil Olympus C5060 sur nacelle radio commandée avec potence.

Type de cerf-volant :   Rokkaku de 4m2, ligne de 100/150m

Altitude:  50 à 150m

Ce que nous avons aimé :

Le site historique de la citadelle

Histoire d’une photo

Photographier un lieu, même familier, implique de s’intéresser à l’histoire de ce lieu. Cette première séance kapiste m’a laissé sur ma faim. La saison hivernale et le manque de lumière, ma démarche débutante dans la photo aérienne… sont une invitation à revenir dans cette ville et à survoler ses monuments. Mais cette fois, ce sera avec l’expérience acquise en sept années de KAP et avec une météo connectée sur le soleil , car contrairement aux mauvaises langues, il fait beau chez les Chtis (quand il ne pleut pas). En attendant de découvrir de la haut ce qui a changé en 7 années, je vous livre ce que j’ai appris de cette ville du Nord en la photographiant du ciel.

La citadelle inscrite au titre des monuments historiques.

Construite sous François Ier par De Castello (1537) et rénovée par Jean Errard de Bar-le-Duc (né en 1554, décédé en 1610)51, la citadelle se révèle être l’une des toutes premières citadelles de France. Elle fut habitée durant 500 ans et servit à la détention, entre autres, d’Auguste Blanqui, d’Armand Barbès et de François-Vincent Raspail. Elle abrita dans les années 1950 une prison pour femmes. La citadelle servit de décor à au moins un film, dont l’héroïne séjourna à la prison des femmes et s’en évada le 19 avril 1957 en brisant un os du pied : l’astragale. Il s’agit de L’Astragale, film réalisé en 1968 avec Marlène Jobert pour actrice principale, inspiré du roman éponyme d’Albertine Sarrazin, romancière qui séjourna dans cette prison-école.

Le beffroi

Datant de 1275, la tour de Beauval est acquise par la commune en 1363 pour en faire son beffroi.

L’hôtel de ville

L’hôtel de ville a été construit en 1898.
La grande salle du premier étage est célèbre pour avoir accueilli, le 26 mars 1918, la réunion tenue par l’état-major allié qui confia le commandement unique au général Foch. Cette salle a été réaménagée en 1937-1938 : vitrail commémoratif conçu par G. Ansart en 1937 et réalisé par le maître verrier Gaudin, deux toiles commémorant l’événement exécutées par le peintre Jonas (1936-1938), bronzes de Sicard représentant Clemenceau et Lord Milner (1918). Cette salle fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s