Le moulin de Candas

Auteurs des photos : Christian Deux et Michel Trouillet

Département :   Somme / région : Hauts de France/  France

Date de la prise de vue : juin 2021

Moment : fin d’après midi temps variable

Situation géographique : Google Maps

Informations sur le lieu : Le moulin Fanchon à Candas

Données techniques : APN Lumix avec objectif Leïca, radiocommande depuis le sol et à vue (sans retour vidéo) et GoPro Héro 4 Black montée directement sur l’avant du cerf-volant

Type de cerf-volant :   Delta Conyne de 3.40m d’envergure et DeltaKAM

Force et direction du vent :  brises météo de Nord/Est de 5 à 15 km/h (déclinantes)

Altitude :  50 à 100 m

Ce que nous avons aimé :

L’accueil des habitants de Candas et la disponibilité du conservateur bénévole du moulin. La restauration exemplaire de ce moulin du XVIIIᵉ siècle, relevé de ses ruines par une association de passionnés et le soutien de la mairie du village.

Histoire d’une photo

Ce 3 juin 2021, nous étions partis pour un shooting aérien de la citadelle de Doullens. Pour la première fois, nous nous sommes confrontés à une impossibilité de vol. Tentative avortée, depuis les douves, malgré un effet venturi. Trois essais infructueux malgré un décollage sur la plateforme surplombant les fortifications. Et, pour finir, un crash évité de justesse à moins de 10 m de la route nationale après une déferlante aérologique qui retourna le cerf-volant porteur et le matériel photo comme de vulgaires crêpes.

Il en faut plus pour décourager deux ch’tis, dont un, émigré au sud. Mon coéquipier, Christian Deux, connaissait le moulin Fanchon situé à la limite du Pas-de-Calais au beau milieu d’une immensité de terres agricoles (nous sommes en Picardie le grenier de la France).

En traversant Candas, nous avions cherché en vain une indication, un panneau pour trouver le fameux moulin, invisible depuis le cœur du village.

« Vous cherchez quelque chose ? », le jeune homme, qui taillait sa haie, nous avait spontanément interpellé. « Ils sont aimables et serviables ici »

Cinq minutes plus tard nous étions à pied d’œuvre. Le coffre de la voiture, à peine relevé, pour sortir cerfs-volants et matériel, un véhicule se garait juste à côté de nous.

« Vous voulez visiter le moulin ? »

« Ce serait avec plaisir, merci. »

En fait, le jeune homme aimable était le fils du conservateur responsable du moulin. L’homme est intrigué par nous et par notre démarche inédite de photographes volants, et nous, par lui, devant autant de passion et d’érudition sur l’histoire de « son moulin ».

Une fois la visite faite, le Président de l’association, qui avait battu le rappel de sa femme, comptait bien ne pas laisser passer ce moment historique du premier survol, en cerf-volant, du moulin Fanchon de Candas.

La séance ne fut pas aussi facile que prévu, coincés entre une ligne moyenne tension et au beau milieu des champs et des collines qui généraient par intermittence des ondes aérologiques pour le moins fantasques. Vol tantôt à la verticale, avec de vigoureuses thermiques, suivi de vols planés avec passage indésirable et stressant au-dessus des 10 000 volts de la ligne.

Beau moment de rencontre et de culture (l’autre, celle des neurones) avec des gens passionnés et passionnants, et, en prime, des photos surprenantes d’un toit de bardeaux de châtaignier aussi étincelant que s’il avait été réalisé en argent massif.

Si votre route vous conduit en Picardie, avec ou sans cerfs-volants allez visiter le moulin de Candas.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s